« Prends de bonnes chaussures, un pique-nique et rejoins-moi ! Je t’emmène dans le Couserans », c’est avec ce message à Roxane, mon acolyte de rando, que ce dimanche du début du mois de Juillet a commencé.
J’aime particulièrement le Couserans, la partie la plus à l’Ouest du département ! Donc dès que j’ai un peu de temps (ce n’est pas à côté, compter environ 1h de Foix à Seix!), je m’en vais sillonner ce territoire si spécial !

le programme en bref

– Balade à la découverte des Granges de Cominac
– Visite de la fromagerie Le Rogallais 🧀 à Seix
– Pique-nique au bord du Salat
– Visite de la boutique des Colporteurs à Soueix-Rogalle

⏰ 8h00 : nous partons de Foix en direction de St Girons puis on s’enfonce dans la montagne pour se rendre au petit village de Cominac. Depuis là-haut, la vue est juste incroyable ! On voit très bien le Valier, sommet emblématique du Couserans et des Pyrénées. Il est très facilement reconnaissable : son sommet est (presque) plat !

lever-de-soleil-valier©Wildroad
Lever de soleil au Valier © Wildroad / Ariège Pyrénées Tourisme


dompter l’indomptable … 🐻

Cominac est connu pour les montreurs d’Ours (ou oursaliers). Vous avez bien lu ! Au 19 et début 20ème Siècle, la pratique était courante à Cominac et dans cette partie de l’Ariège.

Les oursaliers partaient dans les montagnes couseranaises à la recherches d’oursons qu’ils capturaient et ramenaient au village. Une fois dressés, les oursons étaient exhibés aux quatre coins du monde à travers des numéros grâce auxquels les oursaliers espéraient faire fortune. Les vallées du Garbet et de l’Alet ont près de 200 éleveurs d’ours vers 1880. Dans la seule commune d’Ercé, une cinquantaine de ces oursaliers est dénombré en 1890. Ils sont encore une vingtaine en 1909.

Si vous avez déjà vu des cartes postales anciennes montrant des oursailers avec leurs ours, alors vous connaissez l’église de Cominac. On dit qu’elle était gardée par les ours.
L’histoire commence en 1905. Lors de la séparation entre l’état et de l’église, un grand inventaire est fait dans tout le pays ! Mais à Cominac, on ne veut pas se voir confisquer l’église construite par les paroissiens eux même, sur leurs propres terres.

Voici un extrait du journal « La semaine catholique » de Toulouse, le 11 Mars 1906 :

Monsieur Peytou, percepteur d’Oust se rendit à Cominac lundi 5 mars pour procéder à l’inventaire de l’église. Et se disposait à remplir sa besogne, quand tout à coup il aperçut quatre ours démesulés, l’air féroce, attachés à la porte de l’église. Devant cette garde de nouveau genre il jugea bon de ne pas insister et se retira aussitôt. L’idée de défendre l’église avec des ours a obtenu, à Saint-Girons, un succès énorme. On fait circuler un propos tenu par les habitants de Cominac : « Nos ours ont bâti notre église, ce sont eux qui la défendront. ».

Si l’histoire vous intéresse

COMINAC, OU LE CHARME FOU DU COUSERANS ♥️

On se gare près de la fameuse église et on commence notre balade. Nous voilà donc parties pour un peu moins d’une heure et demi de marche. On suit d’abord la route puis on découvre les premières granges typiques de Cominac, dites « à pas d’oiseau ». Auparavant, les toits étaient recouverts de chaume, issues directement des céréales cultivées autour des villages.

le saviez-vous

Les murs sont constitués de grosses pierres de granit tandis que les dalles sont en schiste. Ces dernières sont appelées « peyrous » en patois du Couserans et servaient à :
– protéger les murs pignons
– donner un arrêt à la chaume et la protéger
pour qu’elle ne pourrisse pas trop vite et devienne une proie facile pour les coups de vent
permettre d’accéder à la faitière mais ce rôle-là n’était que secondaire.

Vue sur les granges de Cominac © Anne Dubndidu / Ariège Pyrénées Tourisme

On déambule entre ces granges et le paysage qui est, sans exagération aucune, à couper le souffle !

Ensuite, passe une partie de bois avant de ressortir au grand jour et de reprendre une petite portion de route jusqu’au point de vue de Cominac. Amateurs de photographie, vous êtes au bons endroit ! Vous aurez le Valier ET les granges typiques sur la même photo, what else ? Les petits bancs à disposition permettent de faire une pause panoramique et confortable 🙂

Jugez-en plutôt par vous-même 👇

Depuis le point de vue de Cominac © Ariège Pyrénées Tourisme / R.Baños

Enfin, on commence à redescendre tranquillement. Avant de retrouver notre chemin dans les bois, on traverse une allée de hêtres. Cet endroit est vraiment enchanteur : entre les beaux arbres recouverts de leur feuillage vert pétant, la vue sublimissime sur le Mont Valier et les petites granges, n’aurait pas découvert un coin de paradis ?

On se croirait dans un film, c’est un endroit intemporel. Il n’est pas difficile de s’imaginer les montreurs d’ours déambuler avec leurs bêtes à travers les granges avec les Pyrénées en toile de fond … un véritable saut dans le passé !

Pique-nique entre eaux émeraudes et montagnes

Comme on sait que le Couserans est un haut lieu de production de fromages dont les fameux Bethmale et Rogallais, on se dit qu’on pourrait en prendre un peu pour agrémenter le pique-nique ! Miam 🧀 ! Direction la fromagerie Le Rogallais, accessible en quelques minutes à pieds du village de Seix.

On y découvre d’abord avec curiosité un distributeur de fromage. Là, on est clairement arrivées au paradis ! Haha

Ensuite on rentre dans la boutique et Mathieu nous accueille pour nous présenter les différents fromages : vache, brebis, chèvre, mixte, il y a en a pour tous les goûts. Le plus dur dans tout ça ? Choisir et éviter de repartir avec des kilos de chaque fromage ! Pour le reste du pique-nique, on s’est arrêté au marché de Seix en redescendant de Cominac. Pour les gourmands, il a lieu tous les dimanches matins 😋

Une fois tous les ingrédients du festin rassemblés, on se dirige vers les rives du Salat et ses eaux émeraudes. On dirait de l’eau de fonte de glacier tellement elle est bleu clair voire transparente ! C’est impressionnant,ça me rappelle un peu les rivières de Nouvelle-Zélande.

Le Salat, à Seix © Ariège Pyrénées Tourisme / S.Meurisse

Retour vers le passé 🚀

L’après-midi, direction Soueix-Rogalle (à seulement 7 minutes en voiture de Seix) pour la visite de la boutique des Colporteurs.

Dans la sublime maison Souquet, on découvre la vie de ces hommes et femmes qui parcouraient le monde (oui, le monde !) pour vendre des objets du Couserans ! La maison est scindée en deux : l’espace muséographique dédié aux Colporteurs et la boutique (épicerie, quincaillerie, mercerie, bijouterie et objets de piété) merveilleusement bien achalandée de Maurice Souquet, business man avant l’heure.

Les colporteurs venaient s’y approvisionner avant de partir sur les routes pour vendre la marchandise. Lorsqu’ils arrivaient à la fin de leur stock, ils passaient commande à Mr Souquet qui leur envoyait des marchandises supplémentaires (astucieux non ?). Grâce aux archives parfaitement conservées, on peut voir les différentes commandes faites à Mr Souquet, de partout en France et de l’étranger aussi ! Tout simplement PAS-SIO-NANT !

Ce qui est génial dans la partie boutique c’est qu’elle a été conservée telle qu’elle était en 1900. C’est ainsi que l’on y découvre des centaines d’objets du quotidien aussi beaux les uns que les autres : des petites boîtes d’allumettes, des boutons de manchette en corne vraiment originaux, des boîtes de gâteaux et autres friandises …

Les affiches publicitaires sont celles que l’on trouve aujourd’hui dans les boutique « vintage », c’est drôle. J’ai l’impression d’entendre ma grand-mère me raconter son enfance et ses journées dans la boulangerie familiale 🥰 Cette visite est un émouvant voyage au pays de véritables aventuriers du commerce. Roxane et moi étions tellement happées par nos découvertes que nous n’avons pas vu l’heure, le musée est sur le point de fermer !

vous l’aurez comprit, on est tombées sous le charme !

Nous reprenons la route de Foix, la tête remplie de belles images et en ayant apprit plein de choses sur cette partie de l’Ariège. Il y a vraiment quelque chose de différent dans ces vallées Couseranaises. On a l’impression que le temps s’arrête et à la fois, on sent que ce territoire est en constante évolution grâce un ADN ultra vitaminé ! En bref, c’est un joyeux mélange d’époques, de tradition & d’innovations, de gastronomie et d’histoire ♥️

Juliette

Auteur

Juliette

Originaire de Dordogne et fan inconditionnelle de voyages et d’horizons inconnus, j’ai posé mes valises en Ariège après quelques années d’aventures ici et là autour du globe. Ce que j’aime le plus ? Découvrir le territoire à travers la randonnée et les marchés gourmands 😋 Mon sac est toujours prêt pour une nouvelle aventure (et une dégustation!) aux quatre coins de l’Ariège !

Plus d’articles similaires

Découvrez toutes les aventures similaires en Ariège Pyrénées

Une journée en famille à Orlu

Une journée en famille à Orlu

Les bons plans du lac de Montbel

Les bons plans du lac de Montbel

Dolce Vita au Carla Bayle

Dolce Vita au Carla Bayle